Bella Bellow

Le destin brillant et tragique de la Blueswoman d'Afrique...

 

Bella Bellow, un nom qui résonne aussi mélodieusement que la voix de celle qui le porte.

Mais qui est donc cette artiste-chanteuse dont l'effigie orne magnifiquement bien les timbres du Togo à certaines périodes? Peut être l'avez-vous déjà entendu chanter, et certainement avez-vous été charmé par son talent. Ou alors vous ne la connaissez simplement pas. Bella Bellow est la pionnière de la chanson togolaise moderne, une artiste africaine inoubliable qui nous a quitté dans la fleur de l'âge, une Reine et une Héroïne d'Afrique...Voici son histoire.

Georgette Nafiatou Adjoavi alias Bella Bellow est née le 1er janvier 1945 à Tsévié, une ville à 35 km de Lomé (Togo).

Son enfance, elle le passe à Agoué-Nyivé dans la préfecture du Golfe. Ayant terminé ses études primaires et secondaires avec brio, Georgette décide poursuivre des études de secrétariat à Abidjan, en Côte d'Ivoire, où elle apprend le solfège à l'École des Beaux-Arts. En 1963, la Belle offre pour la première fois au public l'occasion de l'écouter chanter, lors d'une fête scolaire. Sa beauté, sa voix suave et le charisme qu'elle dégage sur scène faisant grande  impression, on ne cessera plus de l'inviter aux fêtes populaires et aux récitals scolaires. L'un de ses professeurs aux Beaux-Arts qui voit en elle une carrière plus que prometteuse, la présente au grand Gérard Akueson, producteur qui perce dans les milieux du show-biz.

Akueson devient son impressario, on lui donne son nom de scène, Bella Bellow, et on lui déniche de bonnes prestations. Ainsi, en 1965, Bella Bellow est sollicitée par le Président Hubert Maga du Bénin pour chanter à l'occasion de la fête de l'Indépendance de l'ex-Dahomey. En 1966, elle participe au tout premier Festival mondial des Arts Nègres à Dakar au Sénégal. Le public est parfaitement et simplement tétanisé en écoutant la voix chaude et veloutée de la jeune togolaise. Il émane d'elle ce que personne ne parvient à décrire, même si les avis sont unanimes sur un fait, hommes et femmes veulent  contempler et écouter Bella Bellow chanter à n'en plus finir. On parle de douceur, de candeur, de frissons, de mélancolie mêlée à de la joie et et de beaucoup d'autres caractéristiques pour décrire la présence de Bella Bellow sur scène. On la sait fan de l'artiste sud-africaine Miriam Makeba, de qui elle s'inspire notamment en reprenant les folklores togolais et en leur apportant une rythmique plus moderne, mais on ne dénote en elle aucun soucis d' imitation de Mama Afrika; Bella Bellow reste elle-même, c'est à dire une artiste unique en son genre.

Au départ du Festival mondial des Arts Nègres, la bella et charmante Bellow voit les portent de la scène internationale s'ouvrir davantage à elle. L'Afrique entière la réclame, de Cotonou, Dakar, Bamako, en passant par Libreville, Douala, Brazzaville ou Kinshasa, l'artiste fait salle comble. Ses prestations débutent toujours en face d'un public émerveillé, en pleine hystérie ensuite et saluant la note finale de Bella par un standing ovation.

 

Gérar Akuesson, son producteur et premier éditeur phonographe africain en France, l'emmène à Paris.

Bella Bellow y voit le rêve de tous les artistes de son époque s'accomplir pour elle en montant sur la scène de l'Olympia.

Après cette prestation remarquable, le destin fantastique de notre diva la conduira sur d'autres podiums internationaux. Ainsi, elle est invitée au Festival de la chanson populaire de Rio de Janeiro au Brésil, où elle se produit au mythique Stade de Maracana devant plus de 100 000 spectateurs qu'elle enivre par sa voix mielleuse.

On la surnomme rapidement la "Blueswoman d'Afrique", et c'est désormais toute l'Europe qui lui ouvre ses portes.

Elle est invitée à Athènes en Grèce, à Split en ex-Yougoslavie, à Rennes en France ou à Berlin, en Allemagne. Le public des Antilles aussi veut l'entendre, elle preste en Guyane et en Guadeloupe.

 

 

Bella Bellow enregistrera son premier disque à Paris, Rockya, qui fera parti de la compilation d’un album intitulé « Trente ans de musique africaine ». Mais lorsqu'elle décide de vivre à Paris, la blueswoman se sépare de Gérard Akueson.

On attribue à l'artiste et à son producteur une liaison amoureuse qui serait à l'origine de leur séparation. L'amour et les affaires ont ils eu raison du couple? On ne le saura jamais. Toutefois, les mauvaises langue insinuent qu'Akueson aurait gardé une dent contre Bellow. Il a fait d'elle une grande étoile internationale et sa réussite après lui entraine toute une série de ressentiments. Et pour cause, Bella fait fureur en créant son propre groupe musical « Gabada », du nom d’un rythme musical du terroir togolais.

Le point fort de Bella Bellow est de transmettre des émotions en tout genre. Elle touche par exemple ses auditeurs avec Blewu, une prière dans la douleur et véritable negro spiritual. Avec Lafoulou, elle fait rêver les foules sous un rythme de bossa nova. Les hommes aiment particulièrement l'entendre interpréter Nye Dzi, un chant dans lequel Bella rassure son amour : « Je ne te tromperai jamais ! Où tu iras, j’irai. Où tu seras enterré, je mourrai. Même la mort ne saura nous séparer ». Et il y a sa chanson fétiche, « Dényigban », une ode à la mère patrie, le Togo.

 

Mais Bella Bellow n'a pas qu'une vocation artistique, elle veut être femme au foyer et mère. Elle épouse le magistrat togolais Théophile Jamier-Lévy et donne naissance à sa fille unique,  Nadia Elsa.

Sa nouvelle vie de famille lui coûtera quelques temps d’absence sur scène, mais son public ne lui en tiendra pas rigueur, elle méritait tant d'être heureuse!

En 1973, la diva prépare son retour avec le roi de la soul Makossa, le Camerounais Manu Dibango, qui lui propose une tournée internationale et cette fois, jusqu'aux Etats-Unis. Cette tournée n'aura malheureusement jamais lieu.

 

Nous sommes le 10 décembre 1973. Bella Bellow se trouve à bord d'une Ford Capri conduite par son chauffeur. Elle revient de sa ville natale, et se dirige vers Lomé, et c'est là que la malheur la arrive! Un accident plus qu'absurde les surprend son chauffeur et elle, vers Lilikopé, dans la préfecture de Zio. Jusqu'à ce jour, on ne parvient à expliquer de quelle façon le véhicule s'est retrouvé quatre pneus en l'air! Projetée au dehors, Bella se cogne la tête contre le bitume. Elle meurt sur le coup, victime d'une hémorragie cérébrale. Elle n'a que 27 ans.

Plusieurs bruits circulent autour de la mort tragique et imprévue de l'artiste. Certains y voient un assassinat réussi grâce au sabotage du véhicule de la diva. D'autres vont jusqu'à mettre en cause Akweson, l'ex-producteur et amant de Bella Bellow, qui aurait souhaité l'éliminer avant sa tournée aux USA. Certaines rumeurs ont évoqué une rivale éprise de jalousie et qui aurait payé le personnel domestique de la chanteuse pour saboter la voiture; bref, on peut compter par centaines les avis et les différentes versions sur les circonstances de la mort de Bella Bellow. Si elles pouvaient au moins la ramener...Hélas, la diva repose encore à ce jour sur sa terre natale, et elle s'est tu à jamais.

 

Le Togo est toujours à la recherche d'une artiste digne du talent de Bella Bellow. Qui sait, on ne la trouvera sans doute jamais. Plus qu'une simple artiste de la chanson, Bella Bellow faisait la fierté de son pays. Elle n'est et ne sera jamais oubliée. Une salle de spectacle dénommée "Salle Bella Bellow" en est certainement le témoignage le plus marquant.

 

C'était le récit de la vie de la blueswoman d'Afrique, Bella Bellow, une Reine et Héroïne d'Afrique.

 

Natou

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site