NEFERTITI, la Belle est venue...

Qu'elles aient été reines, princesses ou des divinités, les grandes dames de l'Egypte antique ont toujours fasciné les amoureux de cette merveilleuse civilisation. Mais il en est une qui suscitera éternellement le respect et l'admiration grâce au grand mystère qui existe autour de son personnage et de son rôle. La Dame de Grâce, la Dame des deux Terres, Maîtresse de toutes les Femmes, la Grande Épouse Royale, la Femme du Grand Roi, l'Épouse Principale du Roi et sa Bien-Aimée et l'on en passe, autant de titres honorifiques réservés à une seule et même femme...Vous êtes sur le point de lire le récit de l'une des pus grandes reines que l'humanité n'ait jamais connue...Voici l'histoire de la Reine Néfertiti d'Egypte.

Néferkhéperou Rê, un prince de 15 ans et fils d'Amenhotep III, devient roi à la mort de son père. Il portera désormais le nom d'Amenhotep IV (ou en grec, Aménophis IV). Il épouse une jeune fille de 12 ans  d'une très grande beauté que le peuple va affectueusement surnommer Nefertiti, ce qui signifie "la belle est venue". Les origines de cette nouvelle princesse nous sontt encore à ce jour très peu connue. Certains disent qu'elle n'était pas de lignée royale, qu'elle serait la fille  d'un ministre d'Amenhotep III, Aÿ, qui n'était autre que le frère de la Reine Tiyi. D'autres disent, qu'elle avait bien le sang bleu, et qu'il s'agirait de Tadoupika, la fille du roi de Mitanni , un royaume au nord de la Syrie. Ce roi, Toushratta, aurait fait venir sa fille de loin pour donner sa main au fils du roi d'Egypte, d'où son surnom qui sous entend qu'elle serait effectivement venue de loin. Mais cette thèse, nombreux sont ceux qui la réfutent, car elle voudrait dire que Nefertiti était étrangère à l'Egypte. Quand à sa mère, là aussi le mystère se prolonge. Certains pensent même que Nefertiti était la fille de Tiyi, là où d'autres disent qu'elle 'était simplement sa nourrice.

Néfertiti donnera six filles à son époux Amenhotep. Le roi aura deux fils, Smenkhkare, avec une autre épouse royale, la Reine Kiya, et Tutankhamon, avec une autre épouse  dont le nom reste inconnue à ce jour.  


Nefertiti 


Akhenaton avait une relation très profonde avec la Grande Épouse Royale Néfertiti. D'après ce que nous en disent les reliefs des temples égyptiens, le couple royal était inséparable. Sur les fresques murales, ils apparaissent dans des scènes de bonheur intense, parfois entourés de leur famille et de façon quasi utopique. On y voit par exemple le couple s'embrasser en public à bord d'un chariot en or massif tirés par deux chevaux blancs où Néfertiti est assise sur les genoux d'Akhenaton. Le Roi qui l'aimait passionnément composera pour elle un poème d'amour inscrit sur une stèle, l'immortalisant comme la reine idéale. En voici un extrait:

"Et l'héritière, la Grande du Palais, au visage magnifique, ornée des doubles plumes, Maîtresse de la Joie, dotée de toutes les faveurs, dont la voix réjouit le Roi, la Grande Épouse Royale du Roi, sa bien-aimée, la Dame des Deux-Terres, Neferneferouaton-Néfertiti, qu'elle vive pour toujours et à jamais".

Akhenaton
Il est utile de rappeler qu'aucun autre monarque d'Égypte n'avait concédé à la Femme une place aussi importante que ne l'avait fait Akhenaton. Et cela se ressentait dans sa vie amoureuse tout comme dans sa façon de penser ou dans sa foi. Même s'il aimait Nefertiti plus qu'aucune autre femme et la plaçait au-dessus de tout, les fresques nous apprennent que ses autres épouses jouaient elles aussi des rôles considérables dans les cultes ou les cérémonies royales. Chaque épouse avait son sanctuaire qu'on avait coutume d'appeler "temple parasol", situé dans un environnement végétal et aquatique pour rappeler l'importance de la femme dans le renouvellement du cycle de la création par le dieu Aton. Toutefois, c'est l'image de Néfertiti qui apparaitra aux quatre coins du sarcophage en granite d'Akhenaton. Sa grande épouse avait visiblement le rôle de protéger sa momie après sa mort, un rôle qui traditionnellement était joué par les déesses telles qu'Aset, Neb-Hout, Selket ou Neith. Il s'agit là encore de l'une des nombreuses manifestations d'amour d'Akhenaton à l'égard de Néfertiti. Le couple royale a vécu à une époque particulière de l'histoire de l'Égypte. C'est une période de grande controverse religieuse et de  changement radical dans le culte égyptien. Le Roi et la Reine seront eux-mêmes responsables et déclencheurs de cette révolution. Akhenaton et Néfertiti vont être les initiateurs du culte rendu au dieu du disque solaire Atona.

 

Les tendances portent à croire que Néfertiti a été l'initiatrice même de ce changement de pratique religieuse, incitant ainsi son époux à la suivre dans sa nouvelle démarche spirituelle. Elle occupe d'ailleurs des places importantes dans les cérémonies, elle devient la grande Prêtresse du culte voué à Atona. Et bien plus que des initiateurs, son époux et elle deviennent des intermédiaires obligatoires entre les hommes et le dieu du disque solaire. Tout être humain qui souhaite adorer Atona doit impérativement  passer par Nefertiti et Akhenaton. Le changement radical s'opère même dans leurs noms, et elle qui jusqu'alors se prénommait Néfertiti change son nom et devient Néfernéferouaton ce qui signifie Belle est la perfection d'Atona . Amenhotep prend le nom d'Akhénaton, c'est à dire Celui qui est bénéfique (ou utile) à Atona. Ils quittent leurs palais de Thèbes et de Memphis pour habiter à Akhet-Aton, « la ville de l'horizon d'Aton », une cité merveilleuse construite dans la plaine entre les falaises et le Nil, où toute  la cour et l'administration royales vont également déménager. Lorsqu'ils y emménagent, la nouvelle résidence est encore en pleine construction. Les temples dédiés au dieu unique Aton sont construits à ciel ouvert pour permettre à ses rayons bienfaisants d'y entrer.

 Hélas, la division va peu à peu s'installer au palais: des clans se forment et la relation du couple royale s'envenime. Après 12 ans de vie commune, les époux décident de se séparer définitivement. Akhenaton renie finalement sa promesse à Atona et à son peuple en rentrant  à Thèbes et en laissant Néfertiti seule à Akhet-Aton. Mais la Reine est une femme de caractère, farouche et déterminée, certes avec un brin de désespoir, elle s'acharnera à poursuivre le rêve chancelant.

C’est d'ailleurs à ce moment là que le grand maître sculpteur Djéhoutymosé taille le fameux buste immortel de Néfertiti. Elle a 25 ans, elle est jeune et déjà presque déchue, mais malgré cela, son regard demeure celui de l'éternité. , Petit à petit, la capitale Akhet-Aton est abandonnée par ses habitants. Nefertiti se retrouve seule au palais, passant en revue les multiples possibilité de relever les promesses faites à Atona. Akhenaton meurt à 30 ans des suites d'une longue maladie, laissant une Égypte affaiblie et désarmée devant ses voisins.

 

Faux buste de Nefertiti (oeuvre de Borchardt qui a souhaité lui donner des apparences caucasiennes)

 

Personne ne connait le sort final de la Grande Néfertiti si ce n'est qu'elle serait morte à 35 ans et qu'on aurait perdu toute trace d'elle. Et pour cause, Horemheb, dernier pharaon de la XVIIIème dynastie ainsi que ceux qui lui succèderont maudiront la Cité et effaceront toute trace d'Akhenaton, de Néfertiti et du dieu Soleil.

On ne retrouvera le vestige de la Cité mystique d'Akhenaton et le buste polychrome de Néfertiti qu'en 1912, suite aux fouilles de l'archéologue allemand Ludwig Borchardt. Rappelez-vous ce fameux buste de la Reine Nefertiti. Elle vous apparait telle une femme de grande beauté, à la peau claire et aux traits caucasiens. Ne soyez pas dupes!  D'autres chercheurs allemands qui se sont basés sur une sculpture vieille de 3.400 ans et signé Djéhoutymosé, ont pu démontrer selon la tomographie du visage de cette œuvre que la Reine avait une petite bosse au niveau du nez et des traits qui visiblement étaient très éloignés de ce buste de Bordchardt.

En juin 2003, la scientifique britannique Joann Fletcher de l'université de York et son équipe annoncent à la presse qu'une momie a été retrouvée dans une tombe anonyme et qu'ils sont presque certains qu'il s'agisse d'une célèbre reine égyptienne : Néfertiti.

Pour confirmer son identité et, ils font appel à deux experts britanniques spécialistes dans le domaine de l'investigation médico-légale, Damian Schoffield de l'université de Nottingham et Martin Evison de l'université de Sheffield. Ils sont tous deux spécialisés dans la reconstitution de visages à partir de crânes pour des meurtres dont l'identité des victimes n'est pas connue. Les deux spécialistes vont utiliser la méthode des rayons X qu'ils passeront tout autour de la boîte crânienne de la momie pour déterminer son identité. Ils ont ensuite mis au point un logiciel d'ordinateur à images 3-D  pour repérer là où les tissus humains devaient être incorporés. Puis, ils ont ajouté les muscles faciaux au visage pour lui donner son aspect et sa morphologie. Pour finir, c'est un graphiste qui a ajoutera la texture de la peau, les yeux, la couleur, les lèvres et la couronne. A leur grand étonnement, c'est le visage d'une femme de type négro-africain qui apparait! Fletcher confiera à la presse : "Cela m'a bouleversé, et pour être honnête, c'est le visage d'une personnalité forte. Elle avait un si beau profil, elle était ravissante". Mais trois jours plus tard, pour Zahi Hawass, directeur de l'ESCA (Conseil suprême des Antiquités égyptiennes), il n'y a aucune preuve pour affirmer l'hypothèse qu'il s'agisse bien de Néfertiti, il parle même supercherie. Joan Fletcher sera bannie de l'Esca, mais continuera à affirmer que la momie est bien celle de Nefertiti d'Égypte.

Ce visage, est-ce bien celui de Néfertiti? L'une des plus grandes reines qu'ait connu Kemet? On ne pourra peut-être jamais l'affirmer avec certitude. Par contre, une chose ne doit jamais pas quitter nos esprits car les faits ont été démontrés scientifiquement et sont irréfutables: l'empire égyptien antique , a accueilli la première et plus grande civilisation dans l'histoire humaine, et cette civilisation était appelée à l'origine Kemet, ce qui veut dire en medu netjer (égyptien ancien) "la terre des Noirs". Le peuple de l'Égypte antique était donc bel et bien NOIR.

 

C'était un récit sur la vie de Néfertiti, l'une des plus grandes Reine d'Afrique...

 

Natou Seba Sakombi

Le récit en images

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×